Académie nationale de Metz

04 janvier 2013

A bientôt sur le nouveau site de l'Académie

Cher visiteur, bonjour.

Ce blog n'est plus actualisé

depuis le 1er janvier 2013.

 

Pour vous tenir au courant de nos activités,

pour vos recherches en bibliographie

ou dans notre bibliothèque,

rendez vous désormais sur notre site

www.academiemetz.fr

A très bientôt.

 

accueil site

Posté par academiemetz à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 juillet 2012

Metz, l'annexion en héritage 1871-1978

Une oeuvre collective enfin en souscription !

La contribution de l’Académie nationale de Metz

à la demande de classement du centre historique de Metz

et de son extension moderne allemande au patrimoine mondial de l’humanité,

publiée à l’occasion de la célébration du cinquantenaire du  traité de l’Elysée du 22 janvier 1963.

Alors qu’un regard nouveau est enfin posé sur l’architecture de l’époque de l’Annexion (1871 -1918), l’Académie de Metz a voulu aller plus loin, présenter des aspects inédits sur cette période. Des articles variés permettent de réviser la vision péjorative portée généralement sur ce demi-siècle, sa mémoire et son héritage, qui rythment encore le quotidien de la ville. Metz, véritable creuset culturel, ne fut-elle pas européenne avant l’heure ?

 

souscription verso

 

 

 

souscription verso

 

 

 

Un livre exceptionnel de 328 pages au format 160X235, tirage 600 exemplaires, Gérard Klopp éditeur.

Parution le 5 novembre 2012. Prix de souscription 28 € (jusqu'au 15 octobre 2012).

Vous pouvez adresser votre commande dès maintenant, accompagnée de votre chèque, à l'Académie nationale de Metz, 20 en Nexirue, 57000 Metz

 

 

Posté par academiemetz à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 juin 2012

Réunion des Académies du Grand Est à Besançon

Les Académies de Besançon, Metz, Nancy, Dijon et d'Alsace

se sont réunies ce jeudi 16 juin 2012 à la citadelle de Besançon.

L1040638

L1040654L1040655

 

L1040661L1040657

 

Au programme, deux conférences :

La Franche-Comté, terre d'inovation forestière, par F Vion-Delphin

Gaspard Gresly : le trompe-l'oeil au verre brisé, par M.D. Joubert

suivies d'une visite commentée de l'oeuvre de Vauban,

de la la saline royale d'Arc-et-Senans et de l'église de Chissey-sur-Loue,

le tout dans une ambiance de convivialité confraternelle.

 

Posté par academiemetz à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2012

Oberkampf, créateur des toiles de Jouy et grand patron du XVIIIe siècle

 

Résumé de la communication du 3 mai 2012
de Madame Françoise DUCHASTELLE, membre associé libre.

Oberkampf, créateur des toiles de Jouy et grand patron du XVIIIe s.

 

Le grand public ignore qui est Oberkampf, pourtant ce dernier appartient au monde du travail de la 2e moitié du XVIIIe s. Il descend d’une lignée de maîtres teinturiers depuis au moins trois générations et vit en territoire allemand jusqu’au moment où il quitte la Suisse d’abord pour Paris puis pour Jouy. C’est à Jouy qu’il installe son atelier à une heure de Versailles et devient le plus jeune des à devenir entrepreneur.

 Travailleur acharné, il recherche « la perfection de sa fabrication » et Jouy devient le centre précurseur de la « grande industrie » tandis que le nombre des ouvriers progresse fortement. Il aborde la période troublée de la Révolution mais il ne se laisse pas abattre, il va tenter une autre aventure, celle de Chantemerle, et deviendra « le patriarche de Jouy ». En septembre 1815 Jouy est occupé par les prussiens et Oberkampf, pris par une crise de goutter et par la fièvre, s’éteint littéralement dans sa chambre, le 4 octobre 1815.

 

 

Photo01_0

 

 

 

 

 

 

 

Photo09_25

 

Posté par academiemetz à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2012

Sécularisation et modernité : quel statut pour la religion ?

Résumé de la communication du 3 mai 2012

Père Yves LEDURE, membre titulaire

Sécularisation et modernité :

Quel statut pour la religion ?

 

La sécularisation trouve ses origines dans la revendication de liberté que la Réforme, au moment de la Renaissance, finit par imposer au plan religieux. Elle dessine alors la forme de gouvernance adaptée à une société pluriconfessionnelle dans la mesure où elle revendique l’autonomie du politique par rapport au religieux. En ce sens, la sécularisation est une exigence culturelle. Elle se distingue de la laïcité à la française puisqu’elle postule une autonomie réciproque du politique et du religieux et non une séparation entre ces deux domaines. A l’évidence la sécularisation fragilise la croyance car elle brise la matrice sociale du religieux dont le seul support est maintenant la conviction et l’engagement du croyant. Ce qui, en définitive, confère une affirmation plus personnelle à l’acte de foi. Cette détermination du croyant crée une certaine distance entre le fidèle et l’institution religieuse dont il se réclame. Si la sécularisation semble bien être la forme de gouvernance adaptée à la modernité, elle n’est pas suffisante comme telle. Elle appelle un nouvel humanisme qui intègre, de mon point de vue, le paradigme de la spiritualité, principe d’harmonie et d’équilibre d’une société multiethnique et pluriconfessionnelle.

Posté par academiemetz à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 avril 2012

Le Passionnaire de Philippe de Gueldre

 

Résumé de la communication du 5 avril 2012
de Mme Marie-Antoinette KUHN, membre titulaire

Le Passionnaire de Philippe de Gueldre,
épouse de René II, duc de Lorraine

 

Un Passionnaire est un  ouvrage  qui rapporte les quatre évangiles de la  Passion du Christ. Celui qui nous intéresse aujourd’hui appartenait à Philippe de Gueldre, duchesse de Lorraine et seconde épouse de René II, le vainqueur de Charles le téméraire.

Lorsqu’en  1519   Philippe de Gueldre décide d’entrer chez les Clarisses de Pont-à-Mousson elle offre le Passionnaire à leur  communauté. Une note autographe apposée sur le plat intérieur de la reliure d’origine précise ce don. Cet ouvrage est aujourd’hui propriété privée.

La couverture, ou  plat et contreplat  du manuscrit, est en  basane,  gaufrée, décorée de motifs en relief réalisés avec un fer chaud. On peut reconnaître des motifs floraux ainsi que le monogramme du Christ.

C’est un  manuscrit sur vélin.  L’écriture  est gothique dite littera textualis formata ou lettres de textes en forme. Le texte  écrit sur deux colonnes est en latin pour les quatre Evangiles.

L’ouvrage compte 36 pages et 4 enluminures en pleine page. Chaque enluminure introduit un évangile. Le titre est  en rouge et  la première lettre est une lettrine bleue. On peut constater que le Passionnaire a été beaucoup lu  et manipulé : des traces de doigt sont visibles.

Le Passionnaire a été exposé en 1997 :  Beauté et pauvreté. L’art chez les Clarisses de France.

Une rubrique lui a été consacrée dans le catalogue : Ecriture et enluminure  en Lorraine au Moyen Age, Nancy 1984.

Dans les années 1980, Mme Nicole Raynaud, historienne de la peinture et de l’Enluminure française du XV° siècle,  proposait  le nom de Hugues de la  Faye comme illustrateur  du Passionnaire. Ce peintre actif à la cour  du duc Antoine entre 1514 et 1539 avait réalisé les dessins préparatoires des peintures pour la Galerie des Cerfs  du Palais ducal de Nancy. Selon Mme Raynaud, ce peintre serait aussi l’illustrateur du Songe du Pastourel de Jean le Prieur, chronique relatant la victoire de René II sur Charles le Téméraire à la Bataille de Nancy.

Du fait du mauvais état des dessins conservés à Saint-Petersbourg, les parallèles entre les trois œuvres paraissent aléatoires. Après quelques comparaisons concernant les  illustrations du Passionnaire et du Songe du Pastourel, il semble difficile d’attribuer au même peintre, soit à Hugues de la Faye,les peintures de ces deux œuvres.

Si le nom de l’artiste des quatre enluminures du Passionnaire ne peut être affirmé, quelques particularismes  peuvent toutefois lui être attribués après examen des illustrations. Il en est ainsi d’une position très particulière de la jambe, du creusement circulaire des plis,des références à une Lorraine investie par la soldatesque, et de la juste interprétation de l’armement de l’époque, de l’émotion qu’il inscrit sur les visages.

Toutefois, plusieurs questions restent posées après l’analyse des enluminures du Passionnaire. Il paraît peu  prudent, compte tenu du vide qui existe encore autour de Hugues de la Faye, de trancher quant à l’attribution de cette œuvre à ce peintre. Une quasi certitude quant à la réalisation du Passionnaire dont le commanditaire était peut-être Antoine, fils de Philippe de Gueldre, cardinal évêque de Metz, relève de l’intervention de plusieurs mains ; en somme, il s’agit d’un travail d’atelier, dont Hugues de la Faye était peut-être le maître.

Aucune autre hypothèse  n’ayant pu être vérifiée, le nom de Hugues de la Faye peintre à la cour de Lorraine, réalisateur des quatre enluminures sera conservé.  

Posté par academiemetz à 21:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'érosion des sols, problème majeur pour l'avenir de l'humanité

Résumé de la communication du 5 avril 2012
de M. Christian PAUTROT, membre titulaire

L'érosion des sols,

un danger pour l'avenir de l'humanité

EROSION

La crue de la Seille à Metz

 

Parmi les préoccupations environnementales du moment, les médias évoquent les changements climatiques liés à l’augmentation des taux atmosphériques de gaz à effet de serre, la pollution, la déforestation, la perte de biodiversité et accessoirement l’érosion des sols.

Les différents processus d’érosion des sols sont étudiés ainsi que les conséquences directes et indirectes de cette érosion sur l’environnement. Quelques possibilités de prévention connues depuis des temps immémoriaux sont évoquées. Leur oubli depuis près d’un siècle a conduit à une situation dramatique et souvent irréversible.

Pourtant, avec une augmentation quasi-exponentielle de la population mondiale, la perte de surfaces cultivables apparaît comme étant de loin le problème le plus fondamental  pour l’avenir de l’humanité. L’accès aux ressources en eau est déjà à l’origine de multiples conflits notamment au Moyen-Orient, la lutte pour l’accès à la nourriture pourrait bien devenir source de déplacements de population et de  luttes d’une toute autre ampleur.

Posté par academiemetz à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2012

La Lorraine, quel avenir ?

Samedi 31 mars 2012

Colloque

"La Lorraine, quel avenir ?"

organisé dans le grand Salon de l'Hôtel de ville de Metz
par l'Académie Nationale de Metz et l'Académie de Stanislas

flyer_recto


DSCF5699

Monsieur Pierre LABRUDE,
président de l'Académie de Stanislas...

DSCF5701

... et Monsieur Christian JOUFFROY,
président de l'Académie Nationale de Metz

ont ouvert le Colloque

DSCF5703

"Images et représentations de la Lorraine"
Le professeur François Roth,
membre des deux Académies.

DSCF5707

"Sillon lorrain et région Lorraine"
une table ronde animée par Jean-Pierre Jager
avec (de gauche à droite) MM. André Jannot, Jean-Yves Le Déhaut,
André Rossinot et Dominique Gros

DSCF5705

Une partie de l'assistance

31 mars 2012 avenir lorraine 022

"Région Lorraine et Grande Région" :
Claude Villeroy de Galhau, membre de l'Académie de Metz,
anime une table ronde en présence de Monsieur Jean-Pierre Masseret,
Président du Conseil Régional de Lorraine.

31 mars 2012 avenir lorraine 025
"Comment créer la richesse en Lorraine aujourd'hui ?"
un débat animé par Monsieur François Guillaume, ancien ministre

 


Posté par academiemetz à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2012

L'art de la traduction de la trahison à l'herméneutique

 

Communication de Monsieur Jean-Joël GRIESBECK,

membre correspondant

1er mars 2012

 

Pour aborder cette question aussi complexe que riche qui se situe à la confluence d'approches critiques multiples aussi bien que de nombreuses tentatives normatives, cette brève étude s'appuie à titre principal sur la théorie et la pratique de la traduction des textes sacrés au regard de celles mises en place pour la translation des textes profanes au XVIe siècle dans les domaines allemand et français, non sans s'autoriser l'une ou l'autre escapade vers saint Jérôme aussi bien que vers les spécialistes les plus récents en la matière.
En allant parfois à l'encontre d'affirmations quelque peu à l'emporte-pièce souvent répétées sans avoir fait l'objet d'un examen préalable suffisamment approfondi et précis, l'étude s'efforce de montrer combien en réalité, même dans le domaine français - et non pas seulement dans le domaine de la création de l'allemand moderne, comme on le dit à l'envi -, les tentatives pour transformer la langue simplement vernaculaire en une langue véritablement vivante autant que littéraire et pour définir des normes précises du code oral comme du code écrit sont solidaires de théories comme de pratiques traductologiques novatrices et audacieuses.

Posté par academiemetz à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

De l’esprit d’entreprendre, des Mosellans dans le canton de Raon-l’Etape

Communication de Madame Line SKORKA,

membre titulaire

1er mars 2012

 

Etival-Clairefontaine est mieux connue aujourd’hui par les papeteries de Clairefontaine que par son abbaye. Mais se souvient-on que celles-ci furent créées par un Mosellan, Jean-Baptiste Bichelberger ? A sa suite, deux autres Mosellans, Louis Geisler et Camille Metenett, fondèrent deux autres papeteries sur la Meurthe en aval, celles des Châtelles et de La Neuveville. Ces trois établissements de production de papiers ont été un moteur de l’industrialisation du canton de Raon-l’Etape dans la deuxième moitié du  XIXe siècle. 

Ces industriels avaient été précédés par d’autres Mosellans ou Sarrois que le flottage du bois avaient attirés dans la région de Raon-l’Etape. Ces précurseurs, qui se rattachaient à la tradition d’utilisation de l’énergie hydraulique, méritaient d’être rappelés avant d’évoquer les fondateurs des trois papeteries, leur esprit d’entreprendre avec des innovations technologiques et des stratégies, destinées à assurer la pérennité à leurs usines.

Posté par academiemetz à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]