Résumé de la communication du 2 février 2012
de M. Jacques SICHERMANN, membre correspondant

La prise en compte de la valeur de la vie humaine
dans les décisions publiques
:

le cas des infrastructures de transport


Il peut paraître choquant d'attribuer une valeur à la vie humaine pour l'utiliser dans l'élaboration de décisions publiques. La vie d'un être humain n'est-elle pas infinie par nature ? Lui attribuer un montant monétaire au même titre que des objets qui s'échangent sur un marché n'est-il pas moralement inacceptable ? Et n'est-ce pas à de telles extrémités que nous entraîne la tendance à fonder sur des analyses purement économiques des décisions publiques qui devraient être le résultat de délibérations de responsables légitimés par les institutions démocratiques ?
La communication montre pourtant comment les collectivités publiques, sans toujours s'en rendre compte, font en réalité systématiquement des choix qui reviennent implicitement à attribuer une telle valeur à la vie humaine, et comment les individus font de même en choisissant des activités ou des comportements plus ou moins risqués
La communication expose comment il est possible d'améliorer, y compris au regard du respect de la vie humaine, les décisions publiques en explicitant clairement la valeur qui lui est attribuée, et comment cela se manifeste, en France, dans les décisions qui portent sur les grandes infrastructures de transport.
Elle examine aussi les difficultés que ces méthodes soulèvent, en théorie comme en pratique